Comment protéger les insectes ?

Sauvez Maya ! Aidez les pollinisateurs et les autres insectes

D’ici 100 ans il pourrait ne plus y avoir d’insectes, indique une étude récente publiée dans Biological Conservation. Les chercheurs s’appuient sur le taux de déclin observé chez les insectes (41 %, soit deux fois supérieur à celui des vertébrés) et à la tendance de ces dernières années. Ils nous piquent, ils nous grattent, ils nous empêchent de manger tranquillement en extérieure l’été … leur disparition ne dérangera finalement peut être pas grand monde. Le problème est qu’ils sont à la base des écosystèmes, ils sont ce qui maintient « la toile du vivant», en place : oiseaux, hérissons, lézards, grenouilles, poissons, tous se nourrissent d’insectes. En moins de 30 ans, l’Europe aurait perdue 76 % de ses insectes, ce qui a contribué à faire disparaître plus de 400 millions d’oiseaux. Pour les plantes la situation n’est pas meilleur. En France, environ 70 % des 6 000 espèces de plantes recensées, sauvages et cultivées, sont pollinisées par les insectes pollinisateurs et 75 % de la production mondiale de nourriture en dépend.

Parmi les causes principales de cette disparition nous retrouvons l’urbanisation, le réchauffement climatique et surtout les changements de pratiques agricoles, avec une intensification, et le recours massif à des pesticides, dont certains, notamment les Néonicotinoïdes et le Fipronil sont récent et ont des conséquences catastrophiques pour les insectes.

Papillons, abeilles, guêpes, fourmis, coccinelles, libellules …« Les insectes sont nos amis » nous disaient les Inconnus il y a quelques années, et ils avaient bien raison !

Alors tout de suite quelques conseils pour aider ces petites bêtes :

1- Manger bio et / ou local. Pour préserver votre santé et celle de l’environnement tout en apportant votre soutient à ce type d’agriculture. En effet, grâce à la demande croissante, le nombre d’agriculteur qui se convertissent ne cesse d’augmenter ! Parmi les solutions possible pour consommer bio et / ou local, il y a notamment : les Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne, carte des Amap ici), la ruche qui dit oui, ou la carte « près de chez nous » référençant de nombreux acteurs locaux engagés dans la Transition.

2- La gestion différenciée. Si vous êtes propriétaire d’un jardin, cela consiste à le gérer de la manière la plus favorable à la faune et à la flore que possible. Par exemple augmenter la hauteur de tonte, ne tondre que deux fois par an (en avril et en octobre), etc. De nombreux conseils pour un jardin écologique sont indiqués dans ce guide

3- Bannir tout biocide au jardin. Ce conseil est dans la continuité du conseil précédent, ces produits sont extrêmement néfaste pour les plantes et les animaux. Préférez des méthodes alternatives comme l’association de culture pour le potager, favoriser la présence d’insectes auxiliaires qui vont alors manger les éventuels insectes ravageurs … Quelques idées ici et ici

4- Les insectes auxiliaires. Pour attirer ces insectes rien de tels que de leur proposer le gîte dans votre jardin. Quelques idées dans ce guide pratique ou ici

5- Hôtels à insectes. Pourquoi ne pas installer un hôtel à insectes qui pourra attirer abeilles solitaires, coccinelles, chrysopes, bourdons … Ce genre d’hôtel peut se fabriquer (de nombreux modèles sont disponibles sur le net) ou s’acheter en jardinerie.

6- Créer une prairie mellifère. Certaines plantes sont particulièrement intéressante, notamment pour les pollinisateurs. Vous trouverez quelques idées dans cet article. Attention toutefois à ne pas introduire d’espèces exotiques tel que « l’arbre à papillons », elles peuvent poser des problèmes de compétitions avec les espèces indigènes et ne sont pas très intéressantes pour les insectes. Privilégiez donc des espèces locales.

7 – pourquoi ne pas installer une ruche à bourdons ? Lien

8- Pour aller un peu plus loin et recevoir des conseils personnalisés et un accompagnement il existe aussi les refuges LPO ou les « jardins naturels sensibles » en Essonne.


Et pour avoir une idée de ce que peut donner un jardin en harmonie avec la nature, voici une courte vidéo.

Rédaction : Florian TANGUY